Articles de blog, Réflexion stratégique | 09/05/2022

Coup d’éclat sur le marché : qu’est-ce qui a fait changer d’avis les baleines ?

crypto
Baleines

Les opposants. Ils sont têtus et il faut quelque chose d’important pour faire changer d’avis les objecteurs de conscience, surtout lorsqu’ils sont célèbres dans leur domaine.

Ainsi, lorsqu’un détracteur entreprend un virage à 180 degrés et considère les cryptomonnaies comme un actif intéressant, cela en dit long sur la direction que prend le marché. C’est indéniable, les cryptos, c’est l’avenir, et il est passionnant de voir que les grandes baleines, auparavant très critiques, préfèrent changer de discours pour chanter les louanges du potentiel du Bitcoin plutôt que de rester bloquées dans le passé.

Ces détracteurs des cryptos devenus des défenseurs du Bitcoin

Lorsqu’une baleine entre sur le marché, l’effet domino peut s’étendre à d’autres pools de financement. Apparemment, l’arrivée d’une baleine entraîne l’arrivée d’une autre et, au cours de l’année, de nombreuses baleines bleues sont entrées en scène. Si l’année 2020 et l’essor du cours du Bitcoin nous ont bien prouvé quelque chose, c’est que l’océan des cryptos réagit au déluge de baleines Bitcoin. Oh oui, et il y réagit bien.

Ray Dalio : le Bitcoin est un actif comparable à l’or

En 2017, Ray Dalio disait que le Bitcoin était une bulle. Trois années se sont écoulées, et les critiques du milliardaire ont viré de bord, mais pas tout à fait dans la bonne direction (pour le moment). Lors d’une conférence qui a eu lieu en janvier 2021, Ray Dalio a indiqué que, pour lui, le Bitcoin ne constituait pas un moyen d’échange efficace, ni une réserve de valeur.

Il semblerait bien que sa bulle de dénigrement du Bitcoin ait éclaté au cours de l’année, alors que la fameuse crypto surfait sur une vague épique de croissance saine et que d’autres marchés nageaient comme ils pouvaient en eaux troubles. Dans un post Reddit récemment publié, la baleine a admis avoir changé d’opinion, soulignant le potentiel du Bitcoin d’être une puissante réserve de valeur :

« J’estime que le Bitcoin (et les autres monnaies numériques) se sont imposés au cours des dix dernières années comme des actifs alternatifs séduisants, similaires à l’or, avec des similitudes et des différences par rapport au métal jaune et à d’autres actifs liquides (contrairement à l’immobilier), dont le prix évolue peu et dont l’offre est limitée. »

Visa : des querelles cryptos aux puissants partenariats

Souvenez-vous, il y a deux ans encore, Visa était en conflit avec Coinbase (qui se trouve être l’une des principales plateformes d’échange de cryptos) au sujet des nombreux frais appliqués aux paiements en cryptos effectués avec des cartes Visa. Si les sociétés se trouvaient sur le champ de bataille, ce sont les utilisateurs qui en ont le plus payé le prix. Sous quelle forme ? Certains utilisateurs se sont accidentellement vus imposer jusqu’à 50 frais en double (ça fait mal !). Et pour combler le tout, aucune des deux entreprises n’a voulu porter le chapeau.

Visa a publié un communiqué sur TNW, indiquant qu’elle n’avait apporté aucun changement au système entraînant des frais en double (il faut comprendre ici : ce doit être la faute de la plateforme d’échange). Peu de temps après, Coinbase s’est empressée de s’exprimer sur Twitter, pour expliquer ce qu’il s’était passé (il faut comprendre ici : renvoyer la faute à l’autre). Au terme d’une enquête, Visa a publié un autre communiqué, invoquant que les problèmes n’avaient peut-être pas été causés par Coinbase après tout (oups). Si Visa a explicitement refusé de porter le chapeau, elle a toutefois remboursé tous les utilisateurs ayant payé des frais élevés.

En plus de tout cela, le PDG de Visa, Alfred Kelly, a déclaré que Visa se lancerait uniquement dans les cryptomonnaies si leur rôle venait à ne plus se limiter à celui de réserve de valeur, invoquant que le Bitcoin n’était pas vraiment de l’argent et qu’il était « trop spéculatif » (ça ne vous rappelle rien ?) pour être un acteur majeur dans le jeu des paiements.
Mais tout est bien qui finit bien. Visa a depuis lors arrangé les choses avec Coinbase et a admis que le Bitcoin était peut-être une véritable pièce maîtresse. La baleine Visa (et son PDG critique) sont maintenant profondément ancrés dans la cryptosphère et se sont associés à Coinbase.

Stanley Druckenmiller : il vaut mieux miser sur le Bitcoin

Par le passé, Stanley Druckenmiller détournait résolument toute discussion autour des cryptomonnaies. Son problème majeur avec le Bitcoin (parmi plusieurs autres critiques) était sa volatilité. L’instabilité du cours du Bitcoin sur la journée faisait obstacle, un obstacle qu’il n’était pas prêt à franchir.

La volatilité n’est semble-t-il plus un problème pour l’investisseur américain. À présent, Stanley Druckenmiller ne se contente pas de plonger dans le Bitcoin pour son propre bénéfice, il conseille également aux autres de rejoindre l’aventure. Il a indiqué être « plus ouvert » à la qualité de réserve de valeur du Bitcoin, à tel point qu’il a déclaré qu’il valait peut-être mieux miser sur le Bitcoin que sur l’or :

« Pour être honnête, si miser sur l’or s’avère payant, miser sur le Bitcoin pourrait bien l’être davantage, car son marché est plus restreint, plus illiquide et affiche un bêta bien plus élevé. »

Elon Musk : Tesla et le potentiel de milliers de milliards de dollars

Toute baleine bleue excentrique qu’il est, Elon Musk s’est abondamment exprimé à propos du Bitcoin depuis des années, surtout pour une personne qui refuse de s’engager à plonger dans la cryptosphère.

Récemment, dans un fil de discussion, Elon Musk a twitté un post évocateur (dans tous les sens du terme), laissant entendre de manière insolente qu’il était tenté par la hausse constante de la valeur du Bitcoin.

La réponse presque immédiate de Michael Saylor, PDG de la société de veille économique et de services Cloud MicroStrategy, n’a fait qu’exacerber la tentation d’Elon Musk, en lui suggérant de faire passer la trésorerie de Tesla du dollar au Bitcoin (un changement que Michael Saylor avait déjà entrepris pour sa propre société, et qui avait rencontré un franc succès).

Si Elon Musk donnait vie à cette idée, cela pourrait accélérer la croissance de Tesla plus rapidement que ce qu’il faut aux véhicules électriques pour atteindre les 90 km/h (on vous l’accorde, pas tout à fait, car cela ne leur prend que deux secondes, mais vous avez compris où nous voulions en venir). Comme l’a dit Michael Saylor, Elon Musk offrirait aux actionnaires une « faveur de 100 milliards de dollars », avec un potentiel de 1 000 milliards de dollars si d’autres entreprises sautaient également le pas.

L’année 2021 pourrait-elle être celle des baleines Bitcoin ?

Certes, l’année 2021 est officiellement l’année du Buffle… Mais « l’année de la Baleine » sonne mieux à nos oreilles. Les baleines dont il est question plus haut ne sont que quelques-uns des nombreux cétacés ayant fait le choix de se tourner vers le marché des cryptos. Comme les <em>aficionados</em> du Bitcoin se font toujours plus nombreux, nous pourrions bien assister à l’amorce d’une tendance réjouissante voyant de nouvelles baleines et d’anciens critiques changer leur fusil d’épaule et plonger dans l’océan du Bitcoin.

Restons en contact

Retrouvez les annonces sur notre blog. Contact presse :
[email protected]

Abonnez-vous à notre
newsletter

Recevez nos derniers articles de blog, offres exclusives et nouvelles cryptos prises en charge directement par email.