La base des bases

PARCOURS 1. Web3 - c'est quoi?

Chapitre 2/5

Qu’est-ce que la blockchain déjà?

Lire 6 min
Points clés
— La blockchain est le fondement de la cryptomonnaie. Elle permet les transactions de pair à pair en éliminant les intermédiaires.

— Nous comptons actuellement sur les banques et les institutions financières pour assurer la sécurité de nos transactions. Mais nous devons en payer le prix lorsque ces institutions sont défaillantes et que l’ensemble du système s’effondre.

— Les cryptos sont apparus au lendemain de la crise financière de 2008. Elles offrent à tous un moyen de dépasser les lacunes de la finance traditionnelle.

— Les cryptomonnaies utilisent la technologie blockchain. Cette combinaison a permis de créer un système monétaire totalement autonome, auquel tout le monde peut accéder et qui permet d’avoir un contrôle absolu sur ses actifs.

Une fois de plus, bienvenue !

Dans l’article précédent, nous avons présenté le Web3 et les grands changements qui sont actuellement en cours. Nous avons même abordé le rôle déterminant que joue la blockchain dans cette transition en favorisant la souveraineté numérique et financière.

Dans cet article, nous nous concentrons sur la blockchain en elle-même pour vous aider à comprendre cette technologie et les problèmes qu’elle résout.

Histoire de la blockchain

En 2008, le monde a assisté, horrifié, à l’effondrement de notre système financier. Cela a fait suite à des années de mauvaise gestion de la part des banques, des régulateurs et des entités centrales qui géraient le système. Ce fut un véritable choc pour des millions de personnes, leur faisant perdre définitivement confiance dans le système.

Au beau milieu de la panique et de la colère qui régnaient à l’époque, un événement plus discret s’est produit. Il a pourtant progressivement éclipsé tout le reste : la création du bitcoin. Un livre blanc intitulé « Bitcoin : un système de paiement électronique de pair à pair» a été publié par le mystérieux Satoshi Nakamoto. Il s’agissait de la feuille de route d’un système qui promettait de réaliser ce qui n’avait jamais été fait auparavant : créer un système financier public et autonome.

Ce système permet le transfert de valeur entre individus sans avoir recours à des intermédiaires, tels que les banques ou d’autres prestataires tiers. En bref, il proposait de dépasser et surpasser les institutions financières.

Quatre mois plus tard, le 3 janvier 2009, a eu lieu la création du « bloc Genesis » de la blockchain Bitcoin. Les données brutes de ce bloc contenaient un message secret : « The Times 03/Jan/2009 Chancellor on brink of second bailout for banks. » (Journal The Times, le 3 Janvier 2009. Le Chancelier s’apprête à approuver un second plan de sauvetage des banques.) En fait, c’est le titre d’un article paru dans l’édition du journal The Times du même jour, qui traitait de l’incapacité du gouvernement britannique à réagir à la crise financière.

Bloc Genesis du Bitcoin

Le message était clair : le système actuel ne fonctionne pas, voici votre alternative. C’est ainsi qu’est née la première cryptomonnaie, baptisée le « bitcoin », et sa technologie sous-jacente, la « blockchain ».

En quoi la blockchain est-elle importante ?

Vous vous demandez pourquoi c’est une révolution… Après tout, nous effectuons déjà des transactions numériques tous les jours. Eh bien, envoyer de l’argent par voie numérique n’est pas la même chose qu’envoyer un email. Et un envoi d’argent numérique diffère d’un envoi de monnaie fiduciaire par voie numérique.

Pour qu’une monnaie ait de la valeur, la masse monétaire doit 6etre plafonnée. Aussi, pour qu’une transaction numérique soit réussie, il faut qu’un montant soit reçu par une partie, et que ce même montant disparaisse chez son émetteur. Lorsque ce principe n’est pas respecté, on dit dit qu’on fait face au problème de la double dépense. Bien que vous n’ayez peut-être jamais entendu l’expression « double dépense », il s’agit de l’élément central de l’ensemble de notre système financier et de notre dépendance envers les banques.

Ne pouvant tenir un registre de nos transferts d’argent, nous nous en remettons aux institutions financières et comptons sur elles pour régler les problèmes tels que celui de la double dépense. Comme nous l’avons vu dans l’article précédent, cette dépendance a conféré un grand pouvoir aux institutions financières.

Pour nous affranchir de ce système centralisé, nous avions besoin d’un moyen de garder avec précision la trace de nos transferts de valeur sans recourir à un intermédiaire. Et la seule technologie qui a été capable de le faire est la blockchain.

Qu’est-ce qu’une blockchain ?

En termes simples, une blockchain est un registre numérique distribué. Elle garde numériquement la trace de la valeur lorsqu’elle est transférée d’un utilisateur à l’autre au sein du système. La technologie blockchain stocke des informations ou des données de transaction sous la forme de blocs liés les uns aux autres.

Supposons que Alice et Bob effectuent tous deux une transaction sur le réseau de blockchain. Alice souhaite envoyer à Bob 10 cryptos. Une fois qu’Alice a effectué une action de son côté pour transférer les fonds, la blockchain retire de manière autonome 10 cryptos de son solde et les ajoute à celui de Bob.

Habituellement, c’est la banque qui s’en charge. Mais grâce à la blockchain, Alice peut effectuer le transfert sans compter sur une quelconque institution financière. Alice et Bob n’ont pas besoin de révéler leurs informations personnelles et ont la certitude que le transfert sera effectué en toute sécurité.

Comment la blockchain fonctionne-t-elle ?

Fonctionnement de la blockchain

Une blockchain est un réseau constitué et géré par deux entités clés : les nœuds et les mineurs. Pour bien comprendre le fonctionnement du réseau, intéressons-nous à ces entités et à leur rôle dans le réseau.

Les nœuds

Un nœud est un ordinateur qui possède une copie de toutes les transactions qui ont eu lieu sur un réseau de blockchain. Un réseau de blockchain compte des milliers de nœuds (toute personne disposant d’un ordinateur et d’une connexion Internet peut en exécuter un). Les nœuds ont pour mission de veiller collectivement à ce que les nouvelles transactions soient authentiques. Les nœuds valident les transactions en les comparant aux informations dont ils disposent déjà.

Pour qu’une nouvelle transaction soit ajoutée à la blockchain, la majorité de ces nœuds doit parvenir à un consensus attestant que l’information est correcte.

  • Pourquoi choisir d’exécuter un nœud ?

Les nœuds contribuent à sécuriser le réseau, car ils prennent part au processus de validation des transactions. N’importe qui peut exécuter un nœud. En général, les personnes qui exercent cette fonction ont un intérêt réel pour les valeurs et la philosophie de la blockchain, et veulent y contribuer. Cette activité ne donne lieu à aucune récompense financière et les coûts de fonctionnement d’un nœud sont minimes.

Les mineurs

Les mineurs (ou validateurs, selon le type de blockchain dont il est question) créent de nouveaux blocs et les ajoutent à la blockchain existante. Alors que le rôle des nœuds est de vérifier les informations, celui des mineurs consiste à organiser toutes les transactions entrantes en blocs, puis à les ajouter à la blockchain.

  • Pourquoi devenir mineur ?

La récompense pour le fait d’exécuter un nœud est de savoir que l’on contribue à un système auquel on croit. En revanche, les mineurs ont une motivation différente. Lorsque les mineurs créent de nouveaux blocs et les ajoutent au réseau, ils reçoivent des récompenses sous forme de cryptos. En d’autres termes, les mineurs peuvent être payés en cryptomonnaies pour leur travail. Cela semble être une bonne idée, non ?

Mécanismes de consensus

Cependant, ce n’est pas si simple. Pour chaque nouveau bloc à ajouter à la blockchain, le réseau lui-même sélectionne un mineur pour exécuter la tâche (et obtenir la récompense). Le réseau dispose de son propre système pour sélectionner le mineur qui va générer le prochain bloc. C’est ce qu’on appelle son « mécanisme de consensus ». Nous y reviendrons plus tard.

Pour récapituler, une blockchain est un réseau numérique sécurisé capable de fonctionner de manière autonome avec l’aide de nœuds et de mineurs. Les nœuds conservent la trace de leur activité, et les mineurs (ou validateurs) sont récompensés lorsqu’ils mettent à jour la chaîne au fur et à mesure que de nouvelles transactions sont effectuées.

La blockchain est-elle sécurisée ?

Vous vous demandez peut-être : « qu’est-ce qui empêche de mentir sur l’état du réseau pour son propre intérêt en exécutant un nœud ? » C’est l’un des aspects les plus ingénieux de la blockchain : des millions de nœuds sont dispersés sur la planète, et la majorité d’entre eux doivent parvenir à un consensus sur chaque nouvelle transaction avant que celle-ci ne soit ajoutée à la blockchain.

Cette décentralisation est synonyme de sécurité

Puisque la gestion du registre de la blockchain est distribuée à une telle échelle, il est impossible pour une seule entité de prendre le contrôle du réseau ou de valider de fausses informations. Pour y parvenir, il faudrait coordonner 51 % de l’ensemble des mineurs du réseau (des millions d’entités différentes à travers la planète), ce qui est pratiquement impossible et aurait un coût exorbitant.

Cela explique pourquoi la nature distribuée du registre de la blockchain la rend extrêmement sécurisée. Elle garantit que toutes nos transactions sont effectuées avec précision.

Bienvenue dans l’univers de la blockchain !

Vous avez franchi cette étape, félicitations ! Vous venez de passer du niveau débutant à intermédiaire en matière de blockchain.

Au début, tout cela peut sembler complètement nouveau et compliqué. Mais la connaissance des nouvelles technologies et la sensibilisation à leurs enjeux sont importantes. C’est encore plus crucial dans l’univers du Web3.

Poursuivons donc notre mission : dans la prochaine section, nous parlerons des cryptomonnaies, de leurs cas d’usage et des différentes types qui existent. À bientôt !


Restons en contact

Retrouvez les annonces sur notre blog. Contact presse :
[email protected]