Nouveauté : récupérez votre wallet tout simplement avec Ledger Recover, fourni par Coincover

Découvrir

Blockchain publique : définition

Avr 20, 2024 | Mis à jour Avr 20, 2024
Une blockchain publique est un réseau décentralisé qui n’est pas contrôlé par une entité unique. N’importe qui peut y accéder, n’importe où dans le monde.

Qu’est-ce qu’une blockchain publique ?

Une blockchain publique, également appelée « blockchain libre » ou « permissionless blockchain », est un réseau auquel tout le monde peut accéder et participer. Les blockchains publiques ne sont pas sous le contrôle d’une entité unique. Une blockchain est un système de données distribué qui enregistre les transactions et les données. Les blockchains publiques les plus célèbres sont Bitcoin et Ethereum.

Les blockchains publiques sont :

  • Libres : elles sont ouvertes à toute personne souhaitant participer aux processus de minage et de validation, ou effectuer des transactions.
  • Transparentes : les informations relatives aux transactions sont traçables et accessibles au public.
  • Hautement décentralisées : il n’existe pas d’entité ou de groupe uniques qui contrôlent les opérations au sein du système. En effet, le contrôle d’une blockchain publique est réparti équitablement entre ses utilisateurs.
  • Sans confiance : la confiance n’est pas nécessaire, car les utilisateurs peuvent effectuer des transactions via le réseau en mode pair à pair, sans se fier à un tiers.
  • Résistantes à la censure : aucune entité ne peut empêcher quiconque de participer aux opérations d’un réseau de blockchain publique. De plus, les règles qui les gouvernent ne peuvent pas être modifiées à des fins personnelles.

Une blockchain publique permet à tout le monde de consulter et de télécharger des données sur le réseau, tandis que les blockchains privées ne sont accessibles que par certains utilisateurs approuvés. Une blockchain privée est une blockchain restreinte qui est contrôlée par une seule personne, organisation ou groupe de personnes. C’est pourquoi pour y accéder, l’identité de l’utilisateur est requise. L’avantage des blockchains privées est qu’elles sont évolutives et modulaires, grâce à leur système de contrôles. Hyperledger est un exemple de blockchain privée.

Fonctionnement des blockchains publiques

Dans une blockchain publique, ce sont les utilisateurs qui valident les transactions. Ces dernières sont ensuite horodatées et partagées publiquement grâce à des mécanismes de consensus. Grâce à cette nature publique, n’importe qui peut rejoindre le réseau et y participer. Les données transactionnelles sur la blockchain sont immuables, c’est-à-dire que l’historique ne peut pas être falsifié, modifié ou altéré.

L’un des avantages d’une blockchain publique est qu’elle est accessible à toutes et à tous. Elle écarte toute possibilité de corruption. Les participants au réseau, appelés mineurs ou validateurs, contribuent à maintenir l’intégrité du réseau et à le protéger contre les acteurs malveillants. Les participants sont récompensés avec la monnaie native de la blockchain en question, pour avoir contribué à parvenir à un consensus.

De plus, les utilisateurs participent à la gouvernance de l’écosystème. En effet, ils peuvent suggérer des modifications ou des mises à jour de celui-ci. Par exemple, Bitcoin et Ethereum utilisent respectivement des BIP ou « Bitcoin Improvement Proposal » (Proposition d’amélioration du Bitcoin) et des EIP ou « Ethereum Improvement Proposal » (Proposition d’amélioration d’Ethereum) pour créer des propositions de mise à jour de leurs communautés respectives.

Cependant, malgré le grand pouvoir qu’elles accordent aux utilisateurs lamba, les blockchains publiques ne sont pas sans inconvénient. Par exemple, elles ont tendance à avoir des problèmes de débit et de vitesse de transaction. Plus le nombre d’utilisateurs du réseau augmente, plus celui-ci est saturé de transactions, ce qui pose des problèmes de scalabilité.

Utility token

Un utility token, souvent traduit par token utilitaire ou jeton utilitaire, est un type de token. Également appelé « token d’utilisateur », il joue un rôle bien précis : il donne à son détenteur l’accès aux fonctionnalités d’un…

Définition complète

FUD

FUD est l’acronyme de « Fear, Uncertainty, and Doubt » (Peur, incertitude et doute). Il désigne la diffusion d’informations fausses ou négatives sur une cryptomonnaie ou sur le marché, dans le but de créer la peur et…

Définition complète

WAGMI

WAGMI est un acronyme pour « We’re All Gonna Make It », soit « Nous allons tous y arriver ». Il est utilisé pour lutter contre le doute et renforcer la confiance envers le marché des cryptos. C’est un…

Définition complète